brochures

La thérapie positionnelle pour l’apnée obstructive du sommeil


L'information des patients brochure


 

Apprendre à dormir sur le côté

L’apnée obstructive du sommeil (AOS) est une affection qui se caractérise par des arrêts répétés de la respiration d’au moins dix secondes au cours de la nuit. L’apnée du sommeil se produit lorsqu’un blocage survient à l’arrière de la gorge. Lorsqu’un individu dort sur le dos, sa langue retombe en arrière, ce qui aggrave l’obstruction. Le ronflement est une forme bénigne d’obstruction. Les partenaires remarquent souvent que le ronflement s’amoindrit en se couchant sur le côté, voire sur le ventre plutôt que sur le dos. Ces positions empêchent la langue de retomber directement vers l’arrière pendant le sommeil et de bloquer la gorge. On estime qu’environ 1 patient sur 4 souffrant d’apnée obstructive du sommeil a ce qu’on appelle une AOS positionnelle. En d’autres termes, il y a plus d’épisodes d’obstruction respiratoire en position dorsale qu’en se couchant sur le côté. Même chez les patients atteints d’une apnée nécessitant une ventilation à pression positive continue quand ils se couchent sur le côté, la position de côté durant le sommeil peut réduire la pression qui serait nécessaire pour contrôler leur apnée du sommeil. De même, si l’on se sert d’un appareil dentaire pour traiter l’apnée du sommeil, le degré d’avancement de la mâchoire inférieure nécessaire ne sera pas aussi important que si le patient ne dort que sur le côté.

En plus d’apprendre à dormir sur le côté, l’élévation de la tête du lit peut améliorer la probabilité d’une plus grande ouverture à l’arrière de la gorge, permettant à la langue de tomber plus vers l’avant que directement vers l’arrière. Cette élévation s’avère utile lorsqu’il n’est pas possible de dormir sur le côté en raison par exemple de la douleur à la hanche ou à l’épaule. Des études ont montré l’efficacité de la position allongée sur le dos ou « la thérapie positionnelle » pour le traitement d’une AOS positionnelle légère ou modérée. Il ne suffit pas de se convaincre de ne pas se coucher sur le dos. Cela ne marchera pas. Toutes les alternatives énumérées ci-dessous sont destinées à favoriser l’apprentissage de l’individu pour qu’il puisse dormir sur le côté toute la nuit. Il arrive qu’au bout d’une période d’apprentissage de 2-3 mois, l’usage des appareils ne soit plus nécessaire. Dans d’autres cas, on devra s’en servir indéfiniment.

1. Balles de tennis

Cette méthode traditionnelle consiste à coudre une poche dans le dos d’un T-shirt serré, juste au milieu des os des épaules. Une ou plusieurs balles de tennis pourront alors y être placées. Comme alternative, on peut coudre ou attacher une chaussette remplie de balles de tennis tout le long du haut du pyjama ou de la chemise de nuit. Cela rendra la position allongée sur le dos inconfortable et forcera la personne à s’allonger sur le côté. Elle finira par s’habituer à dormir sur le côté et ne se mettra plus sur le dos.

2. Le T-shirt anti-ronflement

Il s’agit d’un T-shirt qu’on peut acheter et qui comporte des cylindres de mousse de polystyrène. Il est muni de différents niveaux de fermeté le long du dos pour rendre la position dorsale inconfortable. Vous pouvez en voir des exemples à www.antisnoreshirt.com et www.rematee.com.

3. Alarme de posture

Une alarme de posture s’active lorsque la personne s’allonge sur le dos. Au début, la personne se réveillera, mais après quelque temps d’entrainement, elle devrait s’y habituer auquel cas les alarmes se feront beaucoup plus rares. Pour voir un exemple, visitez : www.nightshifttherapy.com.

4. Oreiller de corps

Le patient peut placer un grand oreiller de corps derrière le dos, sous la colonne vertébrale, pour ne pas rouler sur le dos. Il peut y rajouter un autre plus petit oreiller à placer entre les genoux. Toutefois, le patient devra tourner l’oreiller de corps et l’oreiller des genoux de 180° pour être en mesure de se mettre sur l’autre côté.

5. Sac à dos

On peut remplir un sac à dos ordinaire d’oreillers et le porter pour dormir. Autrement, il est possible de se procurer un sac à dos conçu à ces fins sur le site : www.endsnoringnow.com.

Élévation de la tête du lit

Généralement, l’usage des oreillers pour élever la tête ne fonctionne pas. Cependant, si on élevait tout le matelas d’environ 10 à 20 degrés, la langue aurait un angle de déplacement légèrement meilleur durant le sommeil. Pour y parvenir, on peut placer des blocs de 2 à 4 pouces sous les pieds de la tête du lit ou se servir d’une cale triangulaire entre le matelas et le sommier. On peut apprendre à dormir sur le côté en plus de l’élévation du lit. Il est important de rappeler que la thérapie positionnelle n’est pas recommandée à tous les patients souffrant d’AOS. En cas d’AOS sévère, la thérapie par pression positive continue (PPC) reste toujours le meilleur traitement. Certains patients atteints d’une AOS légère se sentent trop mal à l’aise de ne dormir que sur le côté chaque nuit. Dans ce cas, notre spécialiste du sommeil pourrait recommander la PPC ou une orthèse d’avancement mandibulaire.

 

Avertissement : Les informations fournies dans cette brochure ne sont qu’un sommaire général. Elles ne peuvent pas se substituer à une consultation médicale. Si vous avez besoin de conseils spécifiques sur un trouble du sommeil, veuillez consulter un professionnel spécialisé dans ce domaine. Certaines compagnies spécifiques sont citées dans cette brochure aux seules fins de faciliter l’obtention des articles décrits et non pour laisser entendre que ces produits commerciaux sont les seuls disponibles pour ces applications ni qu’ils sont approuvés par la Société canadienne du sommeil.

 

Réalisé par :
Dre Judith Leech, MD, FRCP, DABSM
Département de médecine, Université d’Ottawa

Dernières nouvelles