brochures

Appareils dentaires dans le traitement de l’apnée obstructive du sommeil


L'information des patients brochure


 

Appareils buccaux

Les appareils d’avancement mandibulaire (AAM) ou orthèses d’avancement mandibulaire (OAM) constituent la grande majorité sinon la presque totalité des appareils buccaux utilisés pour traiter l’apnée du sommeil.

Recommandations

Les AAM/OAM sont reconnus comme traitement de première ligne dans les cas de ronflement simple (sans apnée), dans l’apnée obstructive du sommeil avec un indice de sévérité de léger à modéré et comme traitement alternatif dans les cas modérés à sévères, réfractaires au traitement par ventilation à pression positive continue (VPPC ou communément appeler CPAP).

Mécanisme d’action

Les AAM améliorent le patron des voies aériennes supérieures en stabilisant la mandibule vers l’avant et le bas tout en tirant indirectement le voile du palais et la langue dans cette même direction. Ceci a pour effet d’augmenter le volume des voies aériennes au niveau des régions du pharynx de façon tridimensionnelle. De plus, le tonus musculaire étant aussi augmenté, ceci permet de maintenir les voies aériennes ouvertes afin d’éviter un collapsus (fermeture) ou bien un rétrécissement de celles-ci.

Efficacité des AAM/OAM

Plusieurs études, dans les dernières années, ont démontrées l’efficacité des AAM/OAM à traiter l’apnée du sommeil de façon efficace. En fait, l’efficacité est la plus élevée dans les cas où les AAM/OAM sont recommandés comme première ligne de traitement. Cette efficacité s’élève même à 94% dans les cas de patient avec un indice d’apnée léger. Bien sûr, l’efficacité est variable d’une personne à l’autre et elle est fonction de différents facteurs comme le sexe, l’obésité, l’âge, la sévérité de l’apnée, le site d’obstruction au niveau des voies aériennes (nez, pharynx) et de l’anatomie cranio-facial du patient. Tous ces facteurs auront une incidence directe sur l’efficacité des AAM/OAM.

Tolérance des AAM/OAM

La tolérance ou fidélité au traitement est importante car plus elle est élevée, plus le succès thérapeutique est durable. Les patients qui présentent une meilleure tolérance au traitement sont ceux qui sont le moins obèse avec une sévérité de symptômes de légère à modérée. L’ajustement de l’AAM/OAM est aussi très important car plus on s’adapte facilement et rapidement à l’AAM/OAM plus on a de chance de mieux la tolérer.

Effets bénéfiques

Les AAM/OAM sont reconnus pour diminuer efficacement les symptômes de l’apnée du sommeil qu’ils soient diurnes ou nocturnes comme l’indice d’apnée, la somnolence diurne, le ronflement, l’hypertension artérielle, les effets neuro-cognitifs de l’apnée du sommeil (perte de mémoire, problème de concentration ou d’attention). En réduisant ces symptômes on améliore aussi la qualité de sommeil des patients ainsi que leur qualité de vie.

Effets secondaires des AAM/OAM

Comme pour tout traitement, il existe des effets secondaires à porter des AAM/OAM. La plupart des effets secondaires sont mineures et se résolvent rapidement : qu’ils s’agissent de sensibilité dentaires, musculaires ou aux articulations de la mâchoire, de léger mouvements dentaires, il est important de consulter son dentiste régulièrement afin de remédier à la situation afin que ces effets secondaires ne deviennent chroniques et altèrent votre confort, votre tolérance et votre occlusion. Dans certains cas, des problèmes d’occlusion dentaire peuvent survenir mais votre dentiste peut les intercepter rapidement lors des contrôles réguliers que vous devez faire afin de vous assurer du bon fonctionnement de votre AAM/OAM.

Protocole clinique

Tout d’abord, le diagnostic de l’apnée du sommeil doit absolument être fait par un médecin ayant une formation spécifique en sommeil. Après l’établissement de ce diagnostic d’apnée du sommeil, le médecin prescrira un traitement par AAM/OAM si c’est ce qui est le plus indiqué pour traiter votre situation.

Ensuite vient la confection de l’AAM/OAM qui doit absolument être fabriqué par un dentiste qui lui aussi doit avoir une formation en médecine dentaire du sommeil afin d’assurer le meilleur suivi possible en collaboration étroite avec le médecin référant.

Par la suite, viennent les étapes d’empreintes, mise en bouche de l’AAM/OAM, les suivis et contrôles durant la première année. Lorsque vos symptômes sembleront résolus, après environ 3 à 4 mois de port de l’appareil buccal, le dentiste vous référera à nouveau chez votre médecin spécialisé en sommeil afin de tester objectivement l’efficacité de votre AAM/OAM. C’est à la suite de ce test, qu’il peut juger de l’efficacité de l’AAM/OAM et si nécessaire de demander à votre dentiste de continuer à activer celle-ci si on recherche davantage d’efficacité.

 

Méfiez-vous des appareils vendus par internet ou en pharmacies que vous pouvez ajuster vous-même ainsi que ceux nommés «boil-n-bite». Ces appareils peuvent nuire à votre condition dentaire en causant des maladies de gencives et le déplacement de vos dents. Ces changements sont parfois irréversibles et peuvent nécessiter des traitements orthodontiques pour corriger le problème. De plus, ils ont une efficacité réduite par rapport aux AAM/OAM adaptés sur vos dents par le dentiste.

Après tout, il s’agit de votre santé. En consultant des médecins spécialisés en sommeil ainsi que des dentistes qui ont une formation en médecine dentaire du sommeil vous optimisez les chances d’améliorer et de maintenir une bonne santé.

 

Une bonne journée commence toujours par une bonne nuit de sommeil.
Faites de beaux rêves…

 

Réalisé par :
Dr Luc Gauthier, DMD, MSc, FAPF
Président du comité dentaire de la SCS
Conférencier invité à l’Université de Montréal
Dr Patrick Arcache, DMD, Cert.
Dr Fernanda Almeida, DDS, Ph.D.
Dr Tina Meisami, BSc, DDS, FRCDC

Dernières nouvelles